mon premier Pantin-Joigny (avec photos et vidéo)

Qui fait Pantin – Joigny le 6 juillet ? 200 km.

De Gournay 185 et 190 depuis chez moi. Mais 200 km je m’y suis frotté l’an dernier sur Villepreux les Andelys et ne suis pas arrivé au bout ; coup de chaleur, déshydratation au bout de 160 km.

Alors cette année j’y vais et me prépare. J’étudie le parcours avec les difficultés des 30 derniers kilomètres et la météo qui ne prévoit pas de canicule mais tout de même 32 ° un peu lourd dans l’après-midi. Et puis c’est pas 200 km juste 185 …. Je prends 2 bidons, maillot sans manche ultra léger (bon j’ai lâché pour une fois celui du club, je le reconnais) et rejoins mes cinq comparses à 6h30 à l’église de Gournay. Il y fait frais, temps idéal pour pédaler.

Inscriptions faites à Jossigny, nous nous lançons sur un tracé parfaitement fléché de bout en bout à petit rythme autour de 25-26 km/h.

Ravitaillement à Blandy au pied des tours et c’est reparti à travers les plaines et forêts de Brie. Jean-Marie nous joue « adopte un chien errant » mais n’arrive pas à convaincre les automobilistes qui s’arrêtent. Comme toujours il anime la joyeuse troupe qui affronte en fin de matinée les premières pentes avant de descendre dans la vallée de la Seine et de l’Yonne. Le mercure commence à monter quand nous arrivons à Vineuf pour la pause repas. Alain nous y a rejoint, venant de Joigny où il a conduit la remorque pour le retour.

Après avoir mangé léger mais équilibré et s’être bien hydraté, refait le plein des bidons, les choses sérieuses commencent pour grimper sur les plateaux au sud de l’Yonne. La fatigue commence à se faire sentir et le bitume à chauffer. Bizarrement, des nuages voilent le soleil sur les hauteurs et en descente mais dans les montées c’est soleil plein pot. Le four à chaleur tournante se met en route et la ventilation du corps devient plus difficile même si le vent est plutôt favorable. Le pédalage se fait plus lourd et Pascal m’attend prétextant gentiment d’avoir lui aussi un peu plus de mal. La dernière pause à Bussy le Repos le bien nommé est attendue. Un bon quart d’heure est nécessaire pour se rafraîchir (la fontaine devant l’église est parfaite). Le départ est difficile mais c’est une longue descente jusqu’à Villeneuve sur Yonne qui permet de respirer encore. Le plus difficile nous attend dans la montée vers Petit et Grand Palteau, et le petit plateau s’impose. Le vent souffle de côté , chaud, sec ; ce n’est plus de la chaleur tournante mais de la chaleur pulsée à plus de 40 degrés. Je passe en mode dégradé, service minimum, plus rien ne répond très bien mais j’avance un peu. Pascal m’est d’un grand secours, il m’encourage, me dit que c’est bientôt fini mais je sais bien qu’il y a une dernière montée en sous-bois qui en temps normal doit être plus qu’agréable. Il m’entraîne, me ravitaille en eau fraîche, c’est bien de faire du vélo comme ça dans un club qui permet d’aller « plus loin plus haut » et de se dépasser grâce à la solidarité de ses membres.

Merci pour cette magnifique journée et quel plaisir on prend dans cet effort ! Merci aussi à ceux que je n’ai pas nommés, Bernard, Didier et Jacques.

Jean-Jacques M.

la vidéo

l’album photos