Flèche Mont Saint Michel

Bonjour à tous,

Juste quelques mots… (oui, je sais, je vous ai déjà pas mal cassé les pieds durant ces derniers jours…) bon, je reprends… J’ai mis du temps à me décider pour m’ inscrire à celle- ci, car, devoir faire des efforts en vélo, ne pas manger à ma faim durant quatre jours, ne pas pouvoir taquiner le gorgeon, et côtoyer des énergumènes de votre genre me demandait réflexion… Bon, je m’décide, et c’est parti…

Premier jour: le matin, je me fais violence, je n’y ai pas gout, je m’dis, « qu’est ce que je fous là », avec tout ces cycloteurs que je « connais à peine »… des kilomètres dans le froid, la sueur et……… finalement, oui, finalement un peu de joie lorsque j’arrive au premier arrêt. Il y a quatre belles nanas qui tiennent un ravito copieux à souhait, une table bien garnie, il y a même des sandwichs au pâté!!!!!, les gens se laissent aller à quelques sourires, tendus, mais bon, on va continuer, pour voir, et apprendre à se connaitre…
Il y a un gars qui se nomme Jean Marie (plus tard, il deviendra ma grande copine de chambre…), il y en a un nommé « Kiki » qui a l’air de n’être jamais monté sur un vélo,(c’ui là, le soir même, il était cuit… de fatigue…), Thierry, qui se dépêche de se changer pour aller conduire le camion, il a l’air fainéant celui là… Le temps s’adoucit, quelques sourires se dessinent sur les visages. Jean Marc et Francis n’ont pas l’air de s’aimer, ils se tirent la bourre tous les deux, un duel de p’tits sumos… (je vais m’attirer les foudres, j’men fous, je faisais moi même partie de la délégation olympique gournaisienne des sumos de compétition, alors je peux tout dire…)
Il y a aussi un « grand », « très grand » nommé Jean Philippe, le teint rose comme une crevette, qui se marre comme une baleine avec son copain Gégé, (ancien testeur dans une rhumerie…) quand Jean Marie se laisse aller à quelques fantaisies verbales…
Une des « nanas » s’est, elle, mis dans la tête de monter un pur sang en doublette avec Thierry, (vous savez, le fainéant, roi du camion…), on m’a dit que c’était le président, à l’avenir, je me méfierai… En tous cas, la « Odile », elle va en chier, mais en la regardant bien, elle a quand même l’air d’en avoir entre les pattes… Bon, la journée se termine dans un hôtel, « miteux »… j’vais faire avec, j’men fous, c’est pour dormir… le repas est moyen, l’ambiance morose… la fatigue surement pour ces novices du vélo… On m’a collé avec Boudinot dans la chambre (c’est le surnom de Jean Marie au cas où vous ne le saviez pas…), j’ai pas choisi. Il ronfle, il pète, il cause même avec des mouettes le gars…

Le deuxième jour est tout aussi chiant, il y a Didier qui s’énerve avec son vélo qui craque plus que le parquet d’ma chambre… lui, il n’a pas l’air sympa, il parle même de mettre une claque de cowboy à Boudinot.
J’ai remarqué Philippe, toujours à la traine derrière, bizarre comme mec, au resto, je l’ai vu faire des grimaces avec trois paires de lunettes sur le nez… il travaillait peut être avec le Gégé… Il y a aussi un gars du groupe il s’appelle Jean Jacques, un ancien prof de math, je m’éloigne de lui, de peur qu’il me crée des « problèmes »…
Thierry, un ancien réparateur d’escalier mécanique, retraité de la RATP, (la honte…), sympa, mais blanc de la guibolle, pour un cyclo, aguerri, il me fait plutôt penser à un cycliste de salon, vous voyez, celui qui se voit rouler en Corse sans bouger de chez lui…
Le dernier, il se nomme Yves, ni bon, ni brute, bien au contraire, plutôt délicat et surtout gros « tricheur »!!! il roule sur un cyclomoteur non polluant… Alors le soir, il peut en boire des whiskys, il n’est pas trop fatigué…
On roule depuis des heures, heureusement la journée se termine, on arrive au Mont Saint Michel, (on aurait pu le regarder à la télé, ça aurait été moins dur…) on ira le visiter demain après une bonne nuit de ronflette, enfin pour Boudinot…

C’est samedi, pas de vélo aujourd’hui, ils sont tous « nases »… on va faire une petite trempette dans la rivière pour se laver les pieds avant la visite au mont… Là, moi, personnellement, j’ai trouvé que les moines avaient mis beaucoup de pierres, au moins, Kiki les a bien arrosés. Il nous manquait aussi la « mère Poularde », tout le monde l’aurait grondée, son omelette est vraiment trop chère…
Plus tard, on est rentré au tipi pour nous changer et prendre un peu de repos. Encore un repas, légèrement plus gai, on a fêté l’ anniversaire de Cathy, elle est venue avec leur fils Romain, Didier devait vraiment s’emmerder avec nous pour rapatrier sa femme, je lui proposerai Boudinot s’il revient faire une flèche, mais çà m’étonnerait…

Dimanche, enfin on se barre!!! la route est longue… petit pique nique sur une aire d’autoroute, un peu chip, j’aurai préféré un grand resto… J’ai enfin retrouvé les miens très tard dans la soirée, après encore une journée de perdue…
Tout ce récit n’est qu’un mauvais rêve heureusement. J’ai encore passé un formidable weekend, une sixième flèche, je sais, c’est peu pour certains, mais c’est encore une de réussie. Pour moi, ce qui compte c’est pas les kilomètres, c’est tout ces moments passés avec vous, à prendre du bon temps, à rire et dire pleins de bêtises, à ne pas se prendre au sérieux, quitte, quelques fois, à « friser le ridicule »…
Je vous remercie, je n’ai pas mal aux jambes quand je rentre de ces « expéditions » j’ai juste un petit pincement au cœur accompagné parfois d’une petite larme, une envie de repartir, j’ai le sentiment d’avoir « bouffé la vie » le temps d’un weekend avec les cycloteurs de Gournay…

Merci à tous et toutes qui organisent tout pour nous faire passer ces moments là.
Vivement la prochaine!!!
(J’espère que je n’ai blessé personne dans mon délire…)

Pascal

J’ai estimé que ce texte s’illustrait à lui seul. Rajouter des images aurait dénaturé l’esprit du contenu.
De nombreuses photos sont disponibles sur le site dans la rubrique « Albums photos »
JEP